Juillet sans relâche

1 Comment

Comme l’indique le titre de ce billet, le blog ne fera pas relâche ce mois-ci. De ce fait, je vous livre quelques informations, des liens à consulter et, je l’espère, des pistes de réflexion.

source

Secteur bancaire

  • Une banque s’est fait pirater son système de THF (trading haute fréquence). Pour une banque, c’est un peu son informatique de production, et il s’avère donc qu’elle est bien orpheline… Et pourtant nous dit l’auteur de l’article, les THF étaient perçus, apparemment à tort, comme des forteresses technologiques imprenables.
  • Ce qui ramène à un autre article critiquant ce système de THF.
  • J’hésite entre informatique orpheline et bêtise crasse lorsque je lis la faille de sécurité décrite au bas de cet article tant elle est béante. Comment peut-on avoir conçu une telle aberration ?
  • Poursuivons avec les banques qui se font soustraire quelques liquidités. Une paille par rapport au virus qui a infecté la BNP (6,5 milliards d’euros)… Au fait, beaucoup disent que l’amende est juste, mais personne ne mentionne à qui cette amende sera versée.
  • Bonne nouvelle cependant, les banques ont déclaré que leur priorité, pour la fin de l’année, serait la lutte contre la cybercriminalité.

Cloud

  • Après les sociétés à responsabilité limitée, allons-nous vers (ou sommes-nous déjà dans) les CARL, à savoir les cloud à responsabilité limitée ? Voir l’article relatif à Tamaya Telecom et Pharmodel intitulé « Maintenance informatique et perte de données : exclusion de la faute lourde du prestataire et application de la clause limitative de responsabilité ».
  • Malgré cela, le cloud progresse en entreprise, comme l’indique le rapport du CLUSIF pour l’année 2014.

Cybersécurité

  • La cybersécurité est comme les régimes alimentaires, c’est un exercice quotidien. Les Belges ne disent pas le contraire.

Droit

  • Google est une entreprise française. Oui, oui, une entreprise bien gauloise. Elle est à capitaux américains, certes, mais comme tout bon gaulois, elle montre qu’elle sait la pervertir pour mieux lui résister. Fin de l’histoire pour le droit à l’oubli ?
  • Cet article m’a rappelé que j’avais toujours en commande un article sur les responsabilités pénales liées à l’informatique. Ce peut être utile, car quand on lit cet article, on apprend que Le risque le plus appréhendé est celui lié au traitement de la facturation, de la fiscalité, de la comptabilité et de la douane, mis en avant par 78% des entreprises (dont 26% pensent qu’il est en hausse), révèle l’étude. Mais les risques psycho-sociaux préoccupent aussi bon nombre d’entre elles. Et de plus en plus: 77% s’en inquiètent et 54% soulignent que ces risques augmentent. La vie privée et les accidents du travail sont aussi une source d’inquiétude pour respectivement 75% et 72% des répondants. Et ils sont où, et ils sont où, et ils sont où les risques informatiques (sur un air bien connu) ? Néanmoins, des moyens de réduire l’exposition aux poursuites existent. Tout d’abord, ne pas ignorer la réalité. L’avocate préconise ainsi d’établir une cartographie la plus précise possible des risques qui concernent l’entreprise et de leur provenance.

Big data (et open data)

  • Amis du big data, soyez sereins, le big data permet de lutter contre les cyberattaques. Je me souviens subitement, allez savoir pourquoi, que Pierre Boulle a écrit le bon leviathan. Bon, mais leviathan quand même…
  • Nuançons les critiques envers le big data, il pourrait aider à résoudre des crises alimentaires.
  • Nuançons la nuance précédente, il pourrait être utilisé pour rabaisser l’homme à n’être qu’un moyen de paiement.
  • Que de conditionnel me direz-vous. Certes, mais ne lui passons-nous pas beaucoup de choses parce qu’il serait (encore un conditionnel) source d’emploi et de revenus ?
  • Dans le dernier rapport du CLUSIF, on apprend (p 7) que La moitié des hôpitaux n’ont toujours pas formalisé leur PSI… et que 12% n’ont pas révisé leur politique de sécurité de l’information depuis au moins 3 ans. Portes ouvertes à l’hôpital pour les données de santé ? D’ailleurs comment se fait-il que pour 34% des personnes la responsabilité de la sécurité physique du dossier papier n’est pas clairement identifiée (contre 26% en 2010) ? Ce qui, au passage, explique la fuite du dossier de santé de M. Schumacher…

Intelligence, Nobel

  • Le jury du Nobel faisant ostensiblement n’importe quoi depuis une récente funeste année, je propose que Zuckerberg se fasse attribuer un (ou même plusieurs) Nobel pour la découverte extraordinaire que Facebook permet. Jugez vous-même : Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes, écrivent les auteurs de cette recherche. Selon eux, ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux. Sollicitée par l’AFP, Susan Fiske (qui a travaillé à cette étude) a reconnu que les questions éthiques soulevées par cette étude « ont sans aucun doute touché une corde sensible. Mais je pense que c’est à Facebook d’apporter une réponse aux inquiétudes » de ses utilisateurs. Merci Zuck, personne ne s’en serait douté.
  • L’intelligence fuit-elle les hommes pour se réfugier dans les choses ? On pourrait le croire avec l’apparition d’un nouveau machin réputé intelligent. Et comme cela fait longtemps que je ne vous ai pas proposé de vidéo, je ne résiste pas au plaisir d’illustrer cette fuite de l’intelligence par le final du dernier épisode de la saison 3 de Person of interest. Notez, au passage, l’ironie de la bande son.

One Reply to “Juillet sans relâche”

  1. Le « droit à l’oubli » n’a pas fini de faire parler de lui. Une entreprise vient de montrer qu’on ne peut se forcer à oublier (comme le rappelle fort justement le billet http://informatiques-orphelines.fr/?post/2014/05/28/Donn%C3%A9es-%C3%A0-vendre.) et qu’en Gaule, « aucune loi n’a résisté à ses détournements par les Gaulois » (id.).
    On apprend donc en consultant http://www.silicon.fr/droit-loubli-site-americain-liste-les-liens-supprimes-google-95646.html qu’un certain Afaq Tariq a développé un site recensant les liens que Google a dû supprimer : http://hiddenfromgoogle.afaqtariq.com/ Il présente sa démarche ainsi :
    « The purpose of this site is to list all links which are being censored by search engines due to the recent ruling of « Right to be forgotten » in the EU.
    This list is a way of archiving the actions of censorship on the Internet. It is up to the reader to decide whether our liberties are being upheld or violated by the recent rulings by the EU. »
    Cette réaction était, somme toute, prévisible. On peut envisager que ce site sera, un jour, condamné à fermer, et qu’un autre apparaîtra dans la foulée, forçant la justice à tenir le rôle principal « d’un jour sans fin ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fifty nine − fifty eight =