Modernes haruspices

No Comments

Selon wikipedia, un haruspice (ou aruspice) est un pratiquant de l’haruspicine, l’art divinatoire de lire dans les entrailles d’un animal sacrifié (notamment l’hépatoscopie : examen du foie censé représenter l’univers) pour en tirer des présages quant à l’avenir ou à une décision à prendre. Fort bien, mais nous voilà des siècles du cyberespace me direz vous. Pas tant que cela…

source.

En effet, nous pouvons noter une volonté de plus en plus grande de « prédire » tout type de comportement. Ainsi, les sites de commerce électronique sélectionnent ce que vous devez allez acheter au vu de vos précédents achats, les moteurs de recherche vous proposent des liens vers ce que vous n’avez pas demandé, etc., etc. Par analogie avec l’Antiquité, chacun serait l’animal sacrifié (l‘homo sacer d’Agamben ?), les entrailles étant constituées des traces numériques.
Quel est le problème ?

Il est fort simple à énoncer.
En procédant ainsi, chaque site enferme chacun de ses clients dans une catégorie dont il ne peut quasiment pas sortir.
Si vous cliquez sur ceci c’est que vous êtes ainsi, si vous consultez cela, c’est que vous avez tel penchant. Au cas où vous douteriez de la pertinence de ces déductions, des monceaux de chiffres sont appelés à la rescousse afin de vous persuader que l’algorithme qui scrute vos comportements vous connaît mieux que vous même.
Même si les esprits retors exposent que ces algorithmes ont été testés, mais non prouvés…

Car c’est bien de la connaissance de chacun qu’il s’agit, même si certains célèbres exemples prouvent le contraire.
Ainsi un hôpital avait mis en place des règles strictes pour lutter contre la consultation de sites pornographiques (car il est bien connu que les médecins sont des adeptes de la formation continue en anatomie). Tout allait bien jusqu’au jour où les spécialistes du cancer du sein se sont plaints car ils ne pouvaient plus consulter les sites qui en parlaient : le mot sein avait une connotation X…

Je le reconnais, la différence entre l’haruspicine antique et la cyber haruspicine est que, dans les temps anciens, elle se pratiquait sur des sujets morts. La technique ayant évolué, l’haruspicine actuelle, cybernétique et algorithmique, se pratique sur des êtres vivants, un de ses avatars étant le big data.

Eli Pariser a donné une fort intéressante conférence TED sur le thème de la bulle de filtre : les moteurs de recherche scrutent votre comportement d’internaute et, après avoir établi votre portrait électronique, vous proposent en priorité les liens qui vous intéressent le plus. En clair, ils décident pour vous de ce qui vous intéressera. Vous pouvez consulter cette vidéo via cette page.

Un célèbre médecin français (mais politiquement incorrect, c’est donc pour cela que je le cite) a évoqué en 1989 à l’occasion d’un procès aux USA une enceinte concentrationnaire. Notre monde ne deviendrait-il pas, lentement mais sûrement, une enceinte algorithmique ?

Categories: Libertés Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ one = nine