Les grandes découvertes (1)

No Comments

Afin de divertir un peu mon lectorat, je vous propose dès maintenant, une nouvelle rubrique de ce blog. Pour rester politiquement correct, elle sera appelée « les grandes découvertes ». Vous y trouverez tout ce que vous brûliez de savoir sur le cyber sans jamais avoir osé le demander…

Source.

Qui d’autre qu’un représentant de la Nation pourrait ouvrir cette rubrique ? Montrant ainsi que le numérique, le digital, le tout-ce-que-voulez-sauf-l’informatique est un sujet de préoccupation quotidien, un enjeu pour la France du XXI° siècle, afin qu’elle soit compétitive, forte, etc., etc.

Aujourd’hui donc, Bernard Debré. Mis à l’honneur par Le Point, et par Le Figaro. Notons que ce dernier est moins acide que le premier. En effet, Le Figaro parle de l’illustration des dangers du darknet, alors que Le Point parle de Bernard Debré découvre le darknet. Ce qui fait un peu Martine à la plage, Martine découvre le darknet, etc.

Pourquoi pas…

Au fait. Que trouvons-nous dans les articles ?

La Point : En croisade contre les stupéfiants, (…) Bernard Debré est formel : commander des substances illicites en ligne est un jeu d’enfant. Pour le prouver, il s’est lui-même procuré du cannabis sur un site étranger ouvert à tous avec un journaliste de l’hebdomadaire Valeurs actuelles et le président de l’association Parents contre la drogue Serge Lebigot. « On paie avec la carte bleue, et puis ça arrive par La Poste, avec un timbre hollandais [néerlandais] », a expliqué l’ancien ministre sur le plateau de LCI. Médecin de formation, il décrit l’aspect du colis livré au domicile de Serge Lebigot : deux enveloppes en plastique « pour éviter les odeurs et les chiens renifleurs » couvertes de papier kraft. Le trio s’est ensuite immergé dans le darknet – le réseau souterrain où s’opère la majorité des transactions illégales comme le trafic d’armes, d’hommes ou d’organes et que Bernard Debré surnomme « le plus grand supermarché de l’horreur du monde »

Le Figaro : Autre solution plus radicale testée par Bernard Debré: «le darknet», un espace du web accessible par logiciel, où l’on trouve toutes sortes de sites légaux ou non et consultables de manière privée et sécurisée. «Et là, vraiment, c’est incroyable (…) Là vous avez un super marché de tout! Vous avez des kalachnikovs, du TNT, des faux billets, des organes à greffer! Et vous avez par exemple, 30 à 36 000 sites de cocaïne. Et donc on a commandé de la cocaïne. Mais il faut payer par bitcoins», raconte l’élu. (…) «Est-ce que c’est la démocratie de pouvoir acheter une kalachnikov sans que personne ne le sache? Du TNT? On peut acheter des films pornographiques. On peut tout acheter, le pire de ce qui existe: même des faux billets», bocarde-t-il. (…) «Si ça continue comme ça, il n’y aura plus de dealer physiques puisqu’on se fera livrer, peut-être est-ce un bien… C’est l’uberisation». Le député, qui reconnaît être «un peu naïf dans ce domaine-là», réclame d’abord des accords interdisant aux Pays-Bas la livraison de tels achats sur le sol français. 

Aïe, aïe, aïe… Pour poursuivre sur ce qu’écrit Le Figaro, la démocratie ce serait donc de s’acheter une kalachnikov du moment que tout le monde le sait ?

Quelques questions demeurent :

  1. l’uberisation de la vente de drogue éradiquera-t-elle le trafic ?
  2. le Nexit (Netherlands Exit) est-il la condition de la survie de l’UE ?

Vous le saurez (ou pas) dans un prochain épisode de notre série Les grandes découvertes !

Pour ceux qui en veulent un peu plus sur le darknet, vous pouvez consulter cet article.

Categories: Humour Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *