Les nourritures terrestres de l’intelligence artificielle

No Comments

L’intelligence artificielle est on ne peut plus à la mode. Il faut en parler, car elle est censée façonner le monde à venir. De ce fait, elle est soit encensée (l’IA nous libérera ! de quoi, cela reste à définir) soit elle est dénigrée car elle fit peur, elle effraye. Et dans la catégorie anxiogène, on convoque bien évidemment le grand méchant Vlad qui aurait dit « Celui qui deviendra leader en ce domaine sera le maître du monde. »

Alors, comme il ne faut pas laisser les cosaques dominer le monde, une course à l’IA a été lancée.

Source

C’est un truisme maintenant que de dire que l’IA repose sur de l’apprentissage. Mais l’apprentissage nécessite des données en (très) grande quantité. Donc plus la quantité de données est importante, meilleur l’apprentissage pourra être. Mais on n’en est pas sûr. Par contre, on est sûr que si la quantité de données est faible, la qualité de l’apprentissage sera médiocre. Tout développement de l’IA a donc comme préalable la constitution d’un stock de données très important.

Read More

Categories: IA Étiquettes : , , , ,

5 ans d’Echoradar : Et soudain, le sémantique !

2 Comments

L’apparition du cyberespace s’est accompagnée de questions relatives à sa nature : n’était-il que la prolongation de l’informatique, était-il un nouvel espace au sens propre du terme espace, de quoi était-il composé exactement ou, en d’autres termes, de combien de couches était-il constitué ?

Rapidement, un consensus naquit sur l’existence des couches physique (ordinateurs, commutateurs, etc.) et logicielle. Nier leur existence aurait été en effet ridicule.

Cependant, une controverse plutôt larvée apparut à propos de la couche sémantique, bien que personne ne semblait nier farouchement son existence. Était-elle une couche constitutive de ce nouvel espace au même titre que les deux précédentes, ou n’était-elle qu’une élucubration accompagnant, comme de coutume en ces occasions, un phénomène nouveau ?

D’un côté, certains happy few ont, dès les commencements du cyberespace, attiré l’attention sur cette couche non technique qui venait hybrider les couches matérielles et logicielles du cyber. Leur réflexion a d’ailleurs fait progresser la connaissance de ce nouvel espace.

De l’autre, la majorité évoquait cette couche sans paraître convaincue de sa singularité, mais parce qu’elle leur permettait de ne pas laisser la réflexion sur le cyber aux seuls techniciens. Notons d’ailleurs que cet espace n’était pas vu comme un domaine scientifique, mais comme purement technique, réservé aux geeks, néologisme indispensable pour montrer que ce nouvel espace était bien étrange.

Néanmoins, cette couche sémantique nourrissait quelques débats justifiés par le fait que le cyber s’immisçait de plus en plus dans la vie quotidienne de chacun par le développement d’applications en tout genre, et que les aspects scientifique et technique ne pouvaient à eux seuls expliquer cette immixtion. Pourtant, ces débats demeuraient plutôt superficiels : si les capacités techniques du cyber étaient bien observées et analysées, il n’en était pas de même pour la couche sémantique, bien que son importance était rappelée régulièrement, même si c’était en « sautant sur sa chaise comme un cabri en disant sémantique, sémantique », la majorité des débatteurs semblant avares d’explications claires. Cela était vraisemblablement dû au fait que leur pensée était trop complexe, trop subtile, trop intelligente quoi, pour que tout un chacun les comprenne.

Source

Et, alors que tout semblait ordre et beauté, luxe, calme et volupté, une armée de trolls fit soudainement irruption dans leur cyber merveilleux, tout couverts de sang et de poussière, semant partout l’effroi dans leur armée entière : Referendum sur l’indépendance de l’Écosse perdu de peu (heureusement), élection de Trump, Brexit, présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle française, ces quatre trolls de la cyber apocalypse jetèrent la consternation et semèrent le désarroi dans un cyber bien huilé.

Tout se passait alors comme si la couche sémantique, négligée pendant des années par des vendeurs de vent, faisait soudainement irruption, tel un serpent qu’ils auraient couvé en leur sein sans s’en rendre compte.

Après un moment de panique dû à l’absence d’explication rationnelle, les fake news vinrent à a rescousse de ces bonimenteurs. Ils n’avaient pas été pris de court, c’est simplement qu’un phénomène nouveau, corollaire de la nouveauté du cyber, était apparu. L’alt truth d’abord qui finit par atteindre son paroxysme dans les fake news. Notons que la définition de ce nouveau terme peine à émerger, tant il semble difficile de le départager des bobards, intoxications, feintes, mensonges et consorts. Fort heureusement donc, telles un Antéchrist moderne précédant les quatre trolls de cette cyber apocalypse précédemment nommés, les fake news étaient la cause de ce désordre, et de même que l’Antéchrist, il était nécessaire de les enfermer pour l’éternité.

Read More

Confiance, État, industriels et loi

No Comments

La confiance est un sujet récurrent dès lors qu’on parle de cyber (et encore plus depuis qu’on parle de numérique), tout comme la sécurité, l’éthique, la vie privée, etc.

J’ai déjà publié à ce sujet différents billets, mais il semble utile d’y revenir encore une fois, tant les mots voient leur sens perverti.

D’un autre côté, cette perversion du sens des mots montre la duplicité de celui qui les emploie, ou alors sa méconnaissance du vocabulaire français. Mais il est vrai que la langue française manque de nuances, de clarté, de sens de la mesure, alors que d’autres lui sont bien supérieures. C’est certain. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a la réputation d’être difficile à apprendre pour les étrangers, parce qu’elle n’est qu’approximative…

La confiance ou la peur | Le blog de l’Efficacité ...

Source

Développons, si vous le voulez bien.

Read More

Categories: confiance Étiquettes : , , , ,

Le piège américain

No Comments

Il est beaucoup question du Piège américain dans lequel Frédéric Pierucci raconte son incarcération aux USA, durant laquelle il estime avoir servi à la fois de bouc émissaire du ComEx d’Alstom et de moyen de pression utilisé par la justice américaine pour finaliser le rachat d’Alstom par General Electric.

Source

Le récent veto de la commission européenne à la fusion d’Alstom et Siemens redonne de l’intérêt à ce livre, car il permet de mieux comprendre le chemin tortueux qui a conduit à cette décision pour le moins étonnante.

Quant aux tout aussi récents commentaires de Michel Sapin sur la responsabilités des entreprises européennes dans leurs déboires avec la justice américaine, le récit de Frédéric Pierucci leur donne une saveur particulière.

Read More

Categories: Management Étiquettes : , , ,

Noël : vœux et lectures

No Comments

Présenter ses vœux après coup présente certains intérêts :

  • ne pas avouer qu’on est en retard ;
  • voire à la tête de la personne si les vœux sont de circonstance ;
  • etc.

Sans oublier le fait que, maintenant que c’est à la mode, cela laisse le temps de discerner s’il faut souhaiter un joyeux Noël, de bonnes fêtes ou tout autre chose selon que la personne à laquelle vous vous adressez est plus ou moins bien lunée. On peut aussi ne rien souhaiter car certaines voudraient qu’on ne souhaite rien.

Source

La photo ci-dessus est donc une synthèse de tout cela, on y trouve tout, mais elle n’est pas prise en face de la samaritaine.

Read More

Ballade de l’éthique du temps jadis

No Comments

François Villon (1431 – 1463) composa, il y a de cela quelques années, la Ballade des dames du temps jadis, célèbre pour son refrain « Mais où sont les neiges d’antan ? ». Les événements actuels incitent à penser que l’éthique, dont on ne cesse de nous rebattre les oreilles, est une des dames du temps jadis. Elle fut vive, elle est morte (et le diable l’emporte, pourrait-on ajouter tant est faible le nombre de ceux qui veulent la conserver en vie).

Source

Deux affaires ô combien emblématiques illustrent ce lent départ, progressif mais inexorable de l’éthique de notre société.

Facebook tout d’abord où l’on a récemment appris qu’une nouvelle fuite de données avait eu lieu alors que Zuck en personne s’était excusé et avait juré la mains sur le cœur que cela n’arriverait plus jamais, et Renault ensuite, où le samouraï n’en finit plus de chuter.

Quel rapport avec un éventuel faire-part de décès de l’éthique ?

Nous l’allons voir.

Read More

Categories: Management Étiquettes : , ,

Une hirondelle ne fait vraiment pas le printemps

No Comments

C’est le printemps ! Les hirondelles sont de retour et volent (bas).

Cette année, reconnaissons qu’il est spécial : son froid, sa grève des trains, la mise en examen d’un ancien président qui disait (justement) que plus personne ne remarquait les grèves en France, etc., etc.

Source

Tout pareil sur le front de la cyber : « il faut que tout change pour que rien ne change. » Il y a peu, je vous ai compté la mésaventure de Saint-Gobain et de NotPetya. La direction de l’entreprise avait juré que, dorénavant, il y aurait un avant et un après NotPetya. J’étais un peu sceptique, car on nous a déjà asséné un avant et un après Stuxnet, Wannacry, TV5Monde, etc., etc.

Mais Saint-Gobain a fait ce qu’elle a dit. Il y aura pour elle un avant et un après, car depuis ils cherchent un responsable sécurité / sûreté. Intéressant. Bonne réaction ! En uoi consiste ce poste ?

Read More

De l’informatique au numérique (1/2)

No Comments

Noël approchant, je vous offre un article bonus, à savoir qu’il se dégustera en deux parties. Quel plaisir, n’est-ce pas ?

Nous vivons une révolution numérique, le numérique transforme le monde, il faut numériser nos institutions et façons de faire. Ce discours est tellement entendu qu’il en est devenu convenu. S’il n’est pas infondé, son inconvénient est qu’il s’apparente davantage à des propos à la hussarde, voire à un mantra, qu’à un discours raisonné et pensé. Preuve en est que les tenants de ces discours sont souvent bien en peine de définir précisément le terme numérique et d’exposer les différences entre informatique, cybernétique et numérique.

Source

Notons aussi, juste pour nous détendre avant d’entrer dans le vif du sujet, que le terme numérique est souvent remplacé par digital, reprenant ainsi les aberrations du langage informatique dans lequel quelques mots d’anglais étaient jetés, de-ci de-là, afin de montrer la supposée maîtrise de la nouvelle lingua franca par son locuteur. À l’époque déjà, le carrosse redevenait citrouille lorsqu’un profane demandait de traduire en français ces termes de lui inconnus… La persistance dans cette attitude génère alors une amusante confusion si l’on est vient à parler des empreintes laissées par l’internaute sur la toile au cours de sa navigation : sommes-nous face à de nouvelles empreintes digitales ?

Revenons à notre propos. L’objectif de ce billet est de voir en quoi les notions d’informatique, cybernétique et numérique diffèrent, car il est indispensable de définir correctement les termes que l’on emploie, surtout lorsque les notions manipulées sont abstraites, afin d’éviter l’incompréhension ou pire, la confusion.

Cela étant posé, nous serons mieux à même de comprendre quelques avanies vécues par les organisations, qu’elles soient publiques ou privées.

Read More

Categories: Management, numérisation Étiquettes : , , ,

Apprendre de ses erreurs

No Comments

Ces derniers temps, NotPetya a fait couler beaucoup d’encre. Mais les analyses pertinentes ne sont pas légion, ce qui est un peu désolant, car cela montre qu’au-delà du sensationnel, tous les neurones semblent anesthésiés lorsqu’il s’agit d’analyser des faits cyber.

Heureusement, un article de Libération fournit des éléments d’appréciation intéressants. Ou décourageants, c’est selon, tant il est vrai qu’apprendre de ses erreurs est difficile, y compris en matière cyber.

Source

Il parait qu’il y a eu un avant Struxnet et un après Stuxnet. Un avant TV5 Monde et un après TV5 Monde. Un avant *** et un après *** (que chacun substitue aux étoiles ce qu’il veut).

En fait on se rend compte qu’il n’y a d’avant incident et d’après incident au mieux que pour ceux qui l’ont vécu. Et encore. Souvenons-nous des mots de passe de TV5 Monde affichés en direct à la télé, quelques temps après l’attaque « sans précédents », forcément.

Read More