Les indigènes du numérique

No Comments

Le numérique est un terme à la mode, ce qui rend son emploi peu original, notamment lorsqu’il est associé au terme fracture, étant entendu que la résorption de la fracture numérique doit être une lutte de chaque instant.

Selon wikipedia, cette fracture numérique consiste en la disparité d’accès aux technologies informatiques, notamment Internet. Cette définition intégralement reprise par l’IRA de Nantes nous fait une fois de plus regretter que l’emploi du terme numérique est symptomatique du grand flou du vocabulaire précédemment relevé dans les billets ici et .

Si d’aventure on se penche sur les chirurgies présidentielles et gouvernementales précédentes, nous constatons que, si Jacques Chirac a été élu en 1995 en promettant notamment de réduire la fracture sociale, le succès de l’opération chirurgicale promise a été pour le moins relatif, ce qui n’est pas de bon augure pour celui de la résorption de la fracture numérique…

La grande différence entre ces deux fractures résiderait-elle dans le fait que depuis le 17 décembre 2009, une loi relative à la lutte contre la fracture numérique a été publiée au journal officiel ? Las ! son objet était de fournir la télévision numérique aux Français et, pour cela, d’instituer dans chaque département une commission de transition vers la télévision numérique (article 4).

Plus récemment, le 20 décembre dernier à l’occasion d’une séance de questions au gouvernement, Dominique David (députée REM) a demandé au gouvernement de détailler les mesures qu’il envisageait pour « toucher, orienter et inclure les nombreux Français qui sont dans la précarité numérique. »

Après la fracture, voici la précarité numérique…

À quoi aurons-nous bientôt droit sachant que le numérique doit déjà être inclusif ou ne sera pas ?

Nous le voyons à la frénésie lexicale qui s’est abattue sur notre époque, le numérique est un sujet de grand intérêt, d’ailleurs notre gouvernement s’y intéresse et s’investit dans la résorption de sa fracture avec volontarisme.

« En même temps », des sénateurs se sont demandé si la France via l’Union européenne, ne serait pas en passe de devenir une colonie numérique. Ce qui signifie que, sans jamais définir correctement ce qu’est le numérique, la numérisation peut aussi être vue comme une forme de colonisation.

Mais alors, si c’est une colonisation, elle a forcément ses indigènes, ceux qui en souffrent, ne la supportent pas, voire résistent à sa propagation…

Source

L’objet de ce billet est d’évoquer le sort de ceux que l’on peut appeler « les indigènes du numérique », à savoir les personnes qui se retrouveront aux périphéries du numérique soit que par un mouvement :

  • involontaire, elles ne savent pas (ou mal) utiliser l’informatique ;
  • volontaire, elles veulent se tenir à l’écart de cette transformation, sans forcément adopter le mode de vie des amish.

Le problème de l’État sera alors, pour reprendre la novlangue à la mode, d’inclure ces personnes dans ses préoccupations et de leur adapter les mesures qu’il prendra.

Read More

Categories: numérisation Étiquettes : , ,